Vive la liberté ! Ps P. Penner

20 mai 2020 - 111 vues

Vive la liberté !

Vive la liberté. Après 2 mois de confinement les français redécouvrent la liberté. Mais quelle liberté ? Liberté de pourvoir aller au supermarché sans attestation de sortie ? Liberté de pouvoir se promener dans les bois ou sur la plage sans risquer une amende ? Liberté de pouvoir inviter et se faire inviter par des amis pour un verre de l’amitié ou pour un repas ? Liberté de vivre tout simplement ?

Certes nous avons pu reprendre une vie faites de mobilités, rencontres, travail et loisirs mais notre liberté est-elle totale ?

 

Nous nous rappelons tous de l’impact dans nos vies des attentats terroristes du 11 septembre 2001 à New York. Pour les plus jeunes, ils ont vu les vidéos sur Internet ou même les photos dans les manuels scolaires de ces deux avions pilotés par des terroristes islamistes, qui se sont écrasés sur ces deux tours du quartier d’affaire de Manhattan. Comment ne pas oublier ces plus de 3 000 morts et les milliers de familles endeuillées ? Mais tout ne se résume pas à cet épisode tragique. Nous le savons suite à ces attaques, le président américain de l’époque, Georges W Bush junior, va envahir l’Afghanistan pour poursuivre le chef des terroristes, Ben Laden. L’Amérique des années 2000 découvre au cœur même de son pays des terroristes qui ont grandi, sont allés à l’école publique, ont étudié dans des prestigieuses universités et travaillé dans des multinationales, parfois même dans le secteur de la défense et de l’armement. Va se passer alors un événement sans précédent le 26 octobre 2001. Afin de lutter contre un mal qui ronge le pays, le terrorisme, le Patriot act est voté. Il confère aux agences gouvernementales : FBI, CIA, NSA, Armée, une liberté d’action sans précédent. Parmi les actions possibles on trouve :

  • Réduction des droits de la défense
  • L’intrusion informatique sera jugée comme acte terroriste
  • Surveillance massive des emails

Cette brève histoire du patriot act n’est pas sans rappeler quelques similarités avec ce que nous vivons en cette période de Covid 19.

 

Nos libertés des déplacements ont été réduites et normées par la détention de feuilles d’autorisation à circuler. A présent que le déconfinement s’applique, c’est une application qui est proposée pour être tracés et savoir si nous sommes en contact ou en proximité avec des personnes potentiellement contaminées. Atteinte aux libertés de circuler en toute discrétion ou outil pour se protéger d’un virus qu’on ne maitrise pas ?

Cette application proposée amène bien des interrogations mais la question qu’elle soulève en moi est véritablement celle de la liberté. Nos démocraties modernes sont très attachées à ce terme : Liberté. Nombre de pays en ont fait des devises ou un slogan. Mais n’est-il pas surprenant, paradoxal, que le pays des libertés, les États-Unis d’Amérique, soit un des pays qui surveille le plus ? 

 

Alors que le virus faisait ses ravages en Europe et commençait son arrivée sur le nouveau continent, le président américain, Donald Trump, appelle à la révolte contre le confinement imposé. Par un simple tweet, il encourage ses partisans à la rébellion contre ses gouverneurs des états du Minnesota, du Michigan ou de la Virginie. Ces Personnes libres prennent alors les armes et défient l’autorité politique locale en brandissant le second amendement qui permet à chaque citoyen de se défendre.

 

Liberté, nous t’aimons mais allons-nous pouvoir te protéger ? Protéger des peurs, des préjugés, de l’autoritarisme.

 

Le célèbre astrophysicien français, Aurélien Barrau, dans une de ses nombreuses conférences, évoque ce principe de liberté qui risque d’être mis à mal pour lutter contre le réchauffement climatique. Il est certain que les états n’auront d’autres choix que de contraindre leurs citoyens pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Interdiction des déplacements non essentiels, limite de distance de déplacement, interdiction de prendre l’avion là où un train existe.

Ces règles qui vont restreindre nos libertés nous les imaginions dans les films de science fiction, pas dans le quotidien de nos vies. Et pourtant, nous nous en approchons à grand pas.

 

La foi n’est pas non plus épargnée par ces crises de liberté que nous traversons. Les lieux de culte sont ouverts mais on ne peut s’y réunir à plus de 20. Toutes les croyances sont acceptées mais certaines sont plus autorisés que d’autres. La liberté de croire est une valeur fondamentale mais elle ne peut être trop visible dans la sphère publique. Tant de paradoxes, de tensions alors que la liberté est partout présentée comme une valeur universelle. 

 

La liberté est un bien précieux. Mais quelle est la liberté la plus intéressante. La liberté physique, la liberté de pensée, de croire, d’agir.

 

L’apôtre Paul nous présente la liberté sous un angle différent, pas opposé mais complémentaire. 2 Co 3.17 Or le Seigneur, c’est l’Esprit, et là où est l’Esprit du Seigneur là est la liberté.

La liberté passe aussi par la prise de conscience de notre état. Il ne s’agit pas d’un acquis mais d’une chose que nous devons rechercher en permanence. Ce n’est pas un objet, un graal, mais une disposition que nous obtenons, gratuitement.

 

Que L’esprit de Dieu vous révèle vos libertés malgré les privations de liberté constantes et croissantes.

 

 

Philippe Penner